De l’Europe vers les nouvelles règles pour les étiquettes plus claires sur les jus de fruits

De l’Europe à l’arrivée de la nouvelle législation pour réglementer l’étiquetage des jus de fruits. J’ai juste été approuvé quelques modifications, afin d’interdire la pratique déloyale de l’utilisation de noms susceptibles d’induire en erreur et de donner au consommateur une information précise au sujet de ce que vous achetez, si, par exemple, contient du sucre ajouté, si c’est du nectar ou du jus de fruits.

Les nouvelles règles, déjà convenu entre le Parlement et le Conseil, et que, pour entrer en vigueur devront être formellement adoptée par celui-ci, qui sont destinées à protéger le consommateur, qui, souvent, ne sait pas ce qu’il faut aller pour l’achat. Tout cela se traduit par un avantage du point de vue de la santé. Par exemple, pour une personne qui a le diabète est d’une extrême importance pour savoir si une boisson contient des édulcorants artificiels ou non, et quels types de sucres. Le même est vrai pour les enfants qui sont habitués à consommer du jus une collation dans de grandes quantités.

Aujourd’hui, un jus de fruits, obtenues à partir d’un mélange de pomme (90%), et la fraise (10%) peuvent être étiquetés simplement de jus de fraise, tandis que, dans l’avenir, il devrait être étiqueté pomme et de jus de fraise, tandis que le nom générique du mélange de jus peut être utilisé si il y a 3 sources ou plus de fruits.

Il y aura des indications plus claires sur la différence entre le jus et nectar et sur la présence d’édulcorants. Les jus de fruits ne doivent pas contenir de sucre ou d’édulcorants pour la définition. Le nectar, cependant, qui sont basés sur la purée de fruits avec de l’eau ajoutée, peut avoir. Les étiquettes sans sucre ajouté ne sera pas autorisée sur nectars contiennent des édulcorants artificiels, tels que la saccharine, pour éviter tout risque de confusion.

Aussi, beaucoup de produits vendu comme un jus d’orange, mais contenant de jus de mandarine jusqu’à 10%, proviennent principalement des États-unis et le Brésil, qui détiennent une part importante du marché européen. Pour cette raison, tous les jus d’orange importés doit être pur, à respecter le règlement de l’UE, ou d’inclure dans le nom du produit, le mandarin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *