L’activité physique adaptée: le sport pour vous pour lutter contre le handicap

Les maladies chroniques sont responsables d’environ 80% de la mortalité, un pourcentage encore plus élevé de handicap, et environ 70% des dépenses de soins de santé dans la population générale. La présence du handicap est associé à une augmentation de la mortalité et des événements indésirables, tels que les abris de protection des installations et de l’hospitalisation. Puis augmente l’utilisation de la santé et des services sociaux. Cela entraîne une charge importante de la souffrance humaine et les coûts sur la personne concernée par le handicap, leur famille et le système de soins de santé. Le handicap peut être causée par diverses maladies chroniques, par exemple accident vasculaire cérébral, maladie de Parkinson, l’arthrose, la maladie ischémique du coeur.

Une caractéristique de la maladie chronique est de réduire la capacité fonctionnelle de la personne, c’est à dire la capacité à mener à bien normal, les actions quotidiennes. La réduction de ces activités est responsable de la perte de la masse musculaire et la souplesse. La diminution de la résistance à l’effort due à une diminution de la capacité de la personne, la fatigue et la fatigue facile.

Le manque de participation se traduit par une baisse de la motivation et de l’inévitable passifs. Et encore, la perte de contacts sociaux provoque l’isolement, à la dépression et à raison d’un manque de joie de vivre. Est créé, donc, pour la personne handicapée, un véritable cercle vicieux qui s’auto-renforce et s’auto-entretient.

La sédentarité est à l’origine de nouvelles incapacités, limitations fonctionnelles, et au handicap, et ces conséquences sont indépendants de l’événement de désactivation de la primaire causée par la maladie. Comment faire pour arrêter ce cercle vicieux?

Encourager la personne handicapée de s’engager dans l’activité physique dans les groupes sélectionnés, avec le double but d’éviter le mode de vie sédentaire que l’absence de contacts sociaux. De là, le projet de l’Activité Physique Adaptée (AFA). Mais quel est vraiment l’AFA? Dit dr. Pagani

\L’AFA n’est pas une reprise, à la limite, et intervient dans la phase chronique, de stabiliser la maladie, lorsque le traitement de réadaptation a épuisé son intervention. Il est largement démontré que, dans de nombreuses maladies chroniques, le cercle vicieux de handicap-sédentaire mode de vie supplémentaire d’invalidité peut être rompu avec la mise en œuvre de programmes appropriés d’une activité physique régulière et continue au fil du temps. L’activité physique est adapté aux besoins de la personne handicapée, la pathologie dont est affecté, le stade de la maladie elle-même, à sa capacité, de la présence ou de l’absence de contre-indications et les objectifs du programme. Malgré les avantages bien connus du mouvement physique douce et régulière chez les personnes âgées et les personnes handicapées, il y a très peu d’installations dans notre Pays qui peut offrir un programme d’activité physique qui peut être adapté à ces besoins particuliers. L’AFA est concerné, c’est précisément dans cette, et il n’est pas seulement le fait de briser un cercle vicieux, mais de créer aussi un virtuose. Un mode de vie plus actif, ils sont associés à l’amélioration de l’humeur et de meilleures relations familiales et sociales, conduit inévitablement à la personne d’avoir une meilleure masse musculaire, une meilleure fonction cardio-vasculaire, l’augmentation de la souplesse des articulations, qui, à leur tour, contribuent à améliorer le sens de l’équilibre, marcher mieux, d’augmenter considérablement la résistance à l’effort. Diminue, alors, les limitations fonctionnelles qui sont superposées, ce qui conduit à moins de difficultés dans l’exécution quotidienne des activités de la vie nécessaire à l’autonomie à domicile et à l’extérieur. Vous arriverez à une diminution de l’incapacité dans la superposition, ce qui vous permet de mener une vie plus active. Et ainsi le cercle vertueux recommence.

Le projet de LOI est né en Toscane, où il a eu un développement rapide, avec le patronage de l’Istituto Superiore di Sanità. Et des expériences similaires sont heureusement développe également dans d’autres régions, parmi ceux-ci, nous pouvons citer le Frioul-Vénétie Julienne et de l’Emilie-Romagne. Ce qui caractérise vraiment l’activité physique adaptée est oui le type d’activité proposée (la dose de l’exercice, l’adaptation à la spécificité de la pathologie, de la continuité de l’intervention pour l’ensemble de l’année), mais aussi le fait que la gestion est extrasanitaria. Même si toujours, avec la supervision et le contrôle de la santé.

Il est, en d’autres termes, une intervention n’est pas de soins de santé et les différents modes, les acteurs et le contenu, spécifique à l’intervention correctement la réadaptation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *