Régime alimentaire et des médicaments pendant la grossesse pour éviter des défauts de naissance

Au cours de la grossesse, la mère et le fœtus représentent un ensemble unique, pour qui le bien-être de la mère affecte l’enfant à naître, ainsi que les substances que la mère ingère. Les plantes médicinales peuvent offrir, dans certains cas, un soutien efficace, mais avec les précautions appropriées. Nous ne devons pas oublier que, dans le premier trimestre est une bonne idée de limiter l’intervention pharmacologique à la fois synthétique et naturel, aussi naturel n’est pas toujours synonyme de responsabilité ou en bonne santé. Il est bon de rappeler, en fait, que le placenta n’est pas un obstacle insurmontable, et que la grande majorité des médicaments – à la fois synthétique et le naturel, qui traverse la barrière placentaire, à l’exception de ceux avec un poids moléculaire élevé.

D’autres facteurs qui peuvent influer sur le passage sont: les propriétés physico-chimiques de la drogue, de la capacité de transport et le métabolisme du placenta, la dose du médicament, la durée de l’exposition du fœtus et de son stade de développement. Dans les 2 premières semaines de développement, les anomalies ne sont pas induits, parce que l’effet est tout ou rien. Dans la période de l’embryogenèse sont nuisibles des plantes qui agissent sur la contractilité utérine, comme la ruta ou de l’actée à grappes noires. Et même des herbes cathartique laxatif, parce qu’à doses thérapeutiques peut provoquer des contractions utérines.

Attention, aussi, pour les plantes contenant des alcaloïdes pirazolidinici: peut causer des malformations. Ne pas utiliser de suppléments de vitamine A moins d’être sous la surveillance étroite d’un médecin; au lieu de cela, le b-carotène. N’utilisez pas toutes les plantes connues pour leurs remarquables propriétés pharmacologiques, et à la toxicité, comme la belladone, la stramoine,colchico, rauvolfia. Pour tout doute, vous pouvez contacter le rouge numéro 06 3050077 un service de conseils médicaux sur les risques pour la reproduction (à la prévention des malformations), qui fournit une réponse à toute situation, même avec l’aide de textes spécialisés et de conseils médicaux.

La prévention des malformations, il doit y avoir une bonne éducation de la mère, non seulement avant la naissance et après, mais surtout avant la conception, à travers une attention consciente aux habitudes de vie: arrêter de fumer, de réduire à l’alcool, d’exécuter des tests sur les deux parents, et la vaccination antirosolia. Des études récentes recommandons également de prendre des mesures de prévention et régulière de l’acide folique, qui est capable de diminuer l’incidence de malformations et de maladies du tube neural. Depuis la modernisation des régimes de négligence de légumes et que, souvent, les aliments transformés perdre de grandes quantités de vitamine a, l’apport supplémentaire d’acide folique peut être utile.

Suffisent à 4 mg par jour et sont trouvés dans les suppléments dans les affaires les plus appropriés pour prendre des mesures de prévention. En outre, les chercheurs en norvège ont récemment mis en évidence que la consommation d’huile de poisson, qui contient de faibles quantités d’acides gras, de promouvoir le développement du cerveau du fœtus et du nouveau-né. Parmi les plantes utilisées pour la lactation, ainsi que le fenouil, de l’anis, de la verveine, de houblon, vous utilisez le galega, mais l’utilisation n’est pas recommandée dans l’allaitement. Toutes les huiles essentielles passent par le lait, pour lesquels ils sont contre-indiqués. Les substances utilisées dans la cuisine comme le poivre et les plantes (par exemple, artichauts) changer la saveur du lait.

Laisser un commentaire